Le troglodyte

  • n.m. troglodyte (du grec trôglodutês, qui habite dans les trous). Personne qui habite une grotte ou une demeure creusée dans la roche.
  • Il est bien connu que "la France profonde est principalement constituée de spéléologues" (Le Chat - Geluck). Les Troglodytes de Novel, depuis trente ans, ne font pas mentir le dicton. Longtemps nous avons vécu en suivant le précepte qui affirme que pour vivre heureux, il faut vivre caché.
  • Mais l'envie de partager nos joies de spéléos est finalement, et c'est un bien, devenue la plus forte. C'est la raison d'être de ce blog. Qui que vous soyez, vous y êtes le bienvenu.

Où et comment nous trouver

  • - le vendredi soir au local : 15, Rue des Pommaries - 74940 ANNECY-LE-VIEUX
  • - par téléphone : 00 33 (0)4 50 46 71 20
  • - par mail : jfsuzz at gmail.com

Maillons rapides

Dimanche 20 novembre 2011
Pascal et André


On fait une p'tite pause avec les Échos, car 9 à 10h de sortie hebdomadaire, ça fini par fatiguer le bonhomme et devenir lassant. Nous avons donc pris quelques vacances au Bouc Noir dans le Réseau Glacé.

Depuis notre dernière visite, deux plaquettes nous attendaient en tête de puits. J'installe la corde et nous nous laissons glisser jusqu’à à l'entrée du Réseau Glacé où la corde suivante  est toujours en place .Dans la salle, le puits qui s'enfonçait dans la glace s'est élargi : signe du réchauffement de la planète ! Ah bon tu crois ?
La suite est vite équipée : une broche à glace au départ, une autre au fractio un peu plus bas et on file entre le rocher jaune et la glace fossile, le décor, de toute beauté, variant d"une année sur l'autre.
Le puits est bouché, mais une large banquette passe sous l'épaisseur de glace, qui nous mène devant une grosse langue glacée de 2,5m de haut, au pied de laquelle s'ouvre encore un puits, tout en glace, profond d'une dizaine de mètres, étroit et peu engageant et trop juste pour nous y laisser glisser sans risque. Nous sommes d'ailleurs au bout de la corde et de la réserve de cordes, ce qui règle la question
Nous avons tout de même gagné une vingtaine de mètres.
Pascal, confiant en ses crampons, escalade la langue de glace et après quelques coups de marteau bien placés, traverse un rideau de glace qui fermait un espace plus grand qui semble rejoindre un boyau qu'on avait vu un peu plus haut. Et effectivement, ça communique, je remonte et rejoins Pascal par le haut. Nous nous trouvons maintenant dans une autre faille qui s'élargit en remontant. Deux puits y arrivent mais sont bouchés en haut.  Puis elle se rétrécit à mesure que l'on monte pour finir sur une trémie infranchissable; au dessus, le méandre continue, colmaté par de la caillasse.

Recomptons : 20m de descente + environ autant de développement = 40m de pointe (pour le moment).

J'avais repéré avant d'atteindre le fond du premier puits un départ courbe. Nous y remontons donc : en pendulant un peu, et on pose le pied sur une  banquette, à son tour colmatée par une trémie, glacée (les meilleures!). Mais il y a encore quelque-chose en dessous ! Ou plutôt rien. Plein de vide si vous préférez; Oui, mais on n'a plus de corde; Qu'à cela ne tienne : je remonte récupérer un rataillon de corde destiné à servir de main courante et, grâce à ces -m de chanvre, nous parvenons quelques mètres plus bas sans avoir pris trop de risque, en bas ça file encore un peu...

Bien que l'on puisse se coincer le dos contre le rocher et planter les crampons dans la glace devant soi, la forme évasée un poil plus bas allait nous faire dire : stop!! on remonte. En bas, rien d'évident, un courant d'air mais vraiment pas énorme, il faudra attendre encore quelques années pour que ça fonde.

Encore une petite dizaine de mètres à ajouter aux 40, ce qui fait 50m de pointe !

Pour le moment ça queute (pour les non-initiés, ça se termine là alors que nous avions espoir que ça continue); (ar contre ce réseau glacé est un régal pour les yeux : des cristaux, des formes étonnantes, de la glace fossile avec ses strates et de la glace vive toute craquelée par endroits, vraiment chouette, un rocher jaune et propre qui contraste grave, bref je laisse votre imagination faire le reste...

On remonte en déséquipant et sans faire la topo, difficile à relever dans la glace, à par le bout de faille (qui se dirige en gros vers le chemin), ça va bouger.

Une sortie courte pour une fois, 5h sous terre, avec encore le jour pour nous accueillir, casse-croûte et retour à l'Anglette, chargés comme deux ânes morts.

Voilà, vous savez tout...

Et bien sur à bientôt pour de nouvelles aventures.

Pascal et André

0 comments

Enregistrer un commentaire

Y'a des trous dans le Parmelan ?

Agenda

Creative Commons License Tout le contenu de ce site (textes, photos, vidéos et autres travaux originaux), à défaut de mention contraire, est couvert par une licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Notes

- DROIT D'AUTEUR : Il se peut qu'apparaissent sur ce blog des photos dont la source nous est inconnue, mises en mémoire sans précautions par l'auteur du présent blog à une époque où l'idée même qu'elles pussent reparaître sur internet ne l'avait même pas effleuré. Si vous reconnaissez l'une ou plusieurs d'entre elles comme vous appartenant, contactez-moi avant de nous faire un procès ! A votre convenance, je les enlèverai ou au contraire en identifierai précisément la source. Merci de votre compréhension.

- RESPONSABILITE : La spéléologie, bien que ne présentant pas plus de risques, lorsque pratiquée dans le règles de l'art, que n'importe quelle activité sportive en milieu naturel, n'en reste pas moins une activité exigeante, qui dans nos régions, n'est pas à la portée d'amateurs non informés et non formés. Il va donc de soi que les personnes qui viendraient à utiliser, pour leur propre usage ou pour celui de tiers, les informations qu'ils pourraient trouver sur ce site, le font sous leur propre responsabilité et ne sauraient, en cas d'accident de quelque type qu'il soit et quelles qu'en soient les conséquences, engager celle du GSTN ni d'aucun de ses membres.