Le troglodyte

  • n.m. troglodyte (du grec trôglodutês, qui habite dans les trous). Personne qui habite une grotte ou une demeure creusée dans la roche.
  • Il est bien connu que "la France profonde est principalement constituée de spéléologues" (Le Chat - Geluck). Les Troglodytes de Novel, depuis trente ans, ne font pas mentir le dicton. Longtemps nous avons vécu en suivant le précepte qui affirme que pour vivre heureux, il faut vivre caché.
  • Mais l'envie de partager nos joies de spéléos est finalement, et c'est un bien, devenue la plus forte. C'est la raison d'être de ce blog. Qui que vous soyez, vous y êtes le bienvenu.

Où et comment nous trouver

  • - le vendredi soir au local : 15, Rue des Pommaries - 74940 ANNECY-LE-VIEUX
  • - par téléphone : 00 33 (0)4 50 46 71 20
  • - par mail : jfsuzz at gmail.com

Maillons rapides

Dimanche 9 octobre 2011

André. Pascal, Alain G, Juan, Didier H, Nico, Jérémie, Daniel, Seb
   
Vous le savez maintenant, la Tanne aux Echos a trouvé un second souffle ces dernières semaines, depuis que la trémie (ex-)terminale a été franchie (merci Gilbert) et a permis de découvrir de gros volumes prometteurs, à un endroit qui, une fois la topographie faite, s'est avérée être située sous la Tête du Parmelan.
Nous reviendrons plus en détail sur la configuration du gouffre dans un autre article. En attendant, quelques nouvelles du front ...

Nous étions nombreux ce dimanche matin à nous être donné rendez-vous au club : Didier H, Juan, Alain G, Nicolas et son pote Jérémie (spéléo d'Ardèche, tout bien), JF Suzz, Pascal et André (votre fidèle serviteur) et, cerise sur le gâteau, Daniel (qui venait du Jura pour nous accompagner) et même Seb (avec une paire de belle chaussures de marche neuves, si si ! ).

On avait préparé des bières (Nico), des poutres pour caler la trémie (Juan), de la corde pour ré-équiper en double le Puits des Échos, (je ne sais toujours pas qui l'a déséquipé), des goujons et des plaquettes pour faire les escalades dans les nouvelles salles... (et un raton-laveur NDLR).
Tout ce petit monde battait la semelle (neuve pour Seb) devant "notre" Anglette, fermée pour cause de NEIGE. les uns et les autres s'opposaient dans des discussions animées sur les risques que nous pourrions courir ou non si le redoux annoncé provoquait la fonte de la neige dans dans l'après-midi et transformait les puits en cabines de douche format géant, empêchant toute remontée. Ce qui, en soi, n'est pas très grave, les galeries ne risquant pas de se transformer en rivières et le endroits à l'abri ne manquant pas, mais situation que tout spéléologue un tant soit peu sensé n'envisage pas pour autant de manière délibérée.

Sur les dix, trois se désistent, davantage à cause du temps exécrable qu'il fait dehors qu'à cause des risques de crue., et deux autres ne nous accompagneront pas plus loin que l'entrée du gouffre, ayant par avance donné réponse au choix cornélien "J'y va-t-y, j'y va-t-y pas" en ne prenant pas leur matériel spéléo ! Cinq irréductibles seulement iront finalement au fond.
Nico et Jérémie, partis en avant préparer des escalades dans les salles du fond remontent assez vite et nous nous retrouvons à trois, Pascal, JF Suzz et moi, ... un peu comme d'habitude ...
Nous avons ré-équipé en double le Puits des Echos dont nous avions un temps pensé que l'exploration touchait à fin, commencé une escalade dans la Salle des Echanges, mais nous n'avons pas encore débouché car elle est rendue délicate par la faute d'un rocher réellement "pourri", descendu un puits dans la salle des blocs suspendus et fait tomber le bloc coincé, avec l'installation du fractio allant à la salle trois nommée Salle de l'Aiguillage,toutes choses qui ne vous parlent sans doute rien, mais rassurez-vous, c'est fait !
Et tout ça mis à part, il faut bien reconnaitre que la récolte fut maigre. 
Le puits descendu et exploré par Pascal semble être plutôt un simple volume protégé du comblement par une gigantesque écaille de roche décrochée de la paroi elle-même. Le fond est vraisemblablement le fond originel de la salle et est obturé des deux côtés. Si l'eau passe, pour nous cela semble plus difficile. A revoir peut-être quand même, bien que le principal objectif soit de trouver une sortie par le haut.
L'escalade si prometteuse, qui permettra d'accéder aux salles supérieures, n'a pas pu se faire. Nico, grâce à sa torche hypermégapuissante, affirme qu'il y a une suite et de gros volumes derrière ! Ce sera pour la prochaine fois,






Au retour, effectivement, ça "pisse dru" ! Mais les cordes sont bien installées hors crue. Quelques éclaboussures quand même par endroits, mais pas de danger dans les conditions d'hier.
Nous sommes accueillis à la sortie du Puits de la Lumière par un petit grésil moitié neige moitié eau des plus agréables. Retour de nuit comme d'habitude. "Notre" fidèle Audi nous attendait gentiment, trois bières fraiches posées sur le pare-brise (merci Nico).

Merci à tous de votre participation, ça fait plaisir de se retrouver nombreux sur un projet (même si tous le monde n'est pas descendu).
André
TPST pour les 3: 8h30

0 comments

Enregistrer un commentaire

Y'a des trous dans le Parmelan ?

Agenda

Creative Commons License Tout le contenu de ce site (textes, photos, vidéos et autres travaux originaux), à défaut de mention contraire, est couvert par une licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Notes

- DROIT D'AUTEUR : Il se peut qu'apparaissent sur ce blog des photos dont la source nous est inconnue, mises en mémoire sans précautions par l'auteur du présent blog à une époque où l'idée même qu'elles pussent reparaître sur internet ne l'avait même pas effleuré. Si vous reconnaissez l'une ou plusieurs d'entre elles comme vous appartenant, contactez-moi avant de nous faire un procès ! A votre convenance, je les enlèverai ou au contraire en identifierai précisément la source. Merci de votre compréhension.

- RESPONSABILITE : La spéléologie, bien que ne présentant pas plus de risques, lorsque pratiquée dans le règles de l'art, que n'importe quelle activité sportive en milieu naturel, n'en reste pas moins une activité exigeante, qui dans nos régions, n'est pas à la portée d'amateurs non informés et non formés. Il va donc de soi que les personnes qui viendraient à utiliser, pour leur propre usage ou pour celui de tiers, les informations qu'ils pourraient trouver sur ce site, le font sous leur propre responsabilité et ne sauraient, en cas d'accident de quelque type qu'il soit et quelles qu'en soient les conséquences, engager celle du GSTN ni d'aucun de ses membres.