Le troglodyte

  • n.m. troglodyte (du grec trôglodutês, qui habite dans les trous). Personne qui habite une grotte ou une demeure creusée dans la roche.
  • Il est bien connu que "la France profonde est principalement constituée de spéléologues" (Le Chat - Geluck). Les Troglodytes de Novel, depuis trente ans, ne font pas mentir le dicton. Longtemps nous avons vécu en suivant le précepte qui affirme que pour vivre heureux, il faut vivre caché.
  • Mais l'envie de partager nos joies de spéléos est finalement, et c'est un bien, devenue la plus forte. C'est la raison d'être de ce blog. Qui que vous soyez, vous y êtes le bienvenu.

Où et comment nous trouver

  • - le vendredi soir au local : 15, Rue des Pommaries - 74940 ANNECY-LE-VIEUX
  • - par téléphone : 00 33 (0)4 50 46 71 20
  • - par mail : jfsuzz at gmail.com

Maillons rapides

Il y a quinze ou seize ans ...

jeudi 13 mai 2010

Il y a 15 ou 16 ans, mes comparses et moi découvrions les réjouissances de la spéléologie alpine. N’osant pas aborder directement les détenteurs de « combinaisons jaune » et de lampes « à explosion », nous furetions de massifs en massifs, en quête de cavités à notre échelle d’amateurs débutants.

C’est au cours de l’une de ces rocambolesques aventures que nous découvrîmes, à deux minutes de l’émergence de la Belle Inconnue, une petite grotte, jugée à l’époque peu engageante et de toute façon, sans doute déjà explorée par les «combis jaunes». J’appris d’ailleurs par la suite qu’un de ces jaunes, nommé Guy M., avait beaucoup œuvré sur le massif de la Dent du Cruet et j’ai même pu retrouver sa marque dans des endroits bien improbables. Pourtant, aucun marquage à l’entrée de cette grotte et aucune mention dans les archives dont je disposais.

En ce magnifique début mai 2010, la météo m’inflige un difficile chômage technique qui ne m’empêche pas, 15 ou 16 ans plus tard, de continuer à courir les massifs, découvrant toujours de nouveaux petits coins de paradis (humide le paradis, mais bon). J’ai ainsi retrouvé par hasard (ou pas) la dite cavité aperçue par nos bons soins 15 ou 16 ans plus tôt.
N’ayant plus vraiment le souvenir d’être entré là-dedans (c’était 15 ou 16 ans en arrière), je m’enfate dans l’étroit boyau qui fait suite au petit porche d’entrée.  Au bout de 20 mètres de ramping, je suis surpris d’avoir pu faire 20 mètres.

« Bizarre, y’aurait bien une mention quelque-part de ce trou ! », me dis-je en moi-même.

Et puis, au bout de 25 mètres, je suis à nouveau étonné, non pas d‘avoir fait 25 mètres (quoique), mais cette fois par le bloc coincé au milieu du boyau et qui barre la galerie qui continue derrière le bloc. N’importe quelle « combi jaune » normale aurait viré ce cailloux pour continuer. Une dizaine de coups de pieds plus tard, le bloc est effectivement expulsé, laissant libre cours au spéléo.

Mais ne disposant pas ce jour de combi jaune, et équipé comme à l’époque (il y a 15 ou 16 ans) d’un jean et d’une lampe à 10frs, je décide de faire demi-tour (disons plutôt le rebroussement de chemin, car le demi-tour n’est pas possible), et de revenir plus tard vêtu d’une combi rouge (les temps changent).

Moralité donc : ce n’est pas la couleur de la combi qui fait le spéléo !
Moralité bis (et sérieuse): on peut trouver de la pointe dans les endroits les plus fréquentés.
Séb
 Photo : cascade de la Belle Inconnue. ydaniou.free.fr

0 comments

Enregistrer un commentaire

Y'a des trous dans le Parmelan ?

Agenda

Creative Commons License Tout le contenu de ce site (textes, photos, vidéos et autres travaux originaux), à défaut de mention contraire, est couvert par une licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Notes

- DROIT D'AUTEUR : Il se peut qu'apparaissent sur ce blog des photos dont la source nous est inconnue, mises en mémoire sans précautions par l'auteur du présent blog à une époque où l'idée même qu'elles pussent reparaître sur internet ne l'avait même pas effleuré. Si vous reconnaissez l'une ou plusieurs d'entre elles comme vous appartenant, contactez-moi avant de nous faire un procès ! A votre convenance, je les enlèverai ou au contraire en identifierai précisément la source. Merci de votre compréhension.

- RESPONSABILITE : La spéléologie, bien que ne présentant pas plus de risques, lorsque pratiquée dans le règles de l'art, que n'importe quelle activité sportive en milieu naturel, n'en reste pas moins une activité exigeante, qui dans nos régions, n'est pas à la portée d'amateurs non informés et non formés. Il va donc de soi que les personnes qui viendraient à utiliser, pour leur propre usage ou pour celui de tiers, les informations qu'ils pourraient trouver sur ce site, le font sous leur propre responsabilité et ne sauraient, en cas d'accident de quelque type qu'il soit et quelles qu'en soient les conséquences, engager celle du GSTN ni d'aucun de ses membres.