Le troglodyte

  • n.m. troglodyte (du grec trôglodutês, qui habite dans les trous). Personne qui habite une grotte ou une demeure creusée dans la roche.
  • Il est bien connu que "la France profonde est principalement constituée de spéléologues" (Le Chat - Geluck). Les Troglodytes de Novel, depuis trente ans, ne font pas mentir le dicton. Longtemps nous avons vécu en suivant le précepte qui affirme que pour vivre heureux, il faut vivre caché.
  • Mais l'envie de partager nos joies de spéléos est finalement, et c'est un bien, devenue la plus forte. C'est la raison d'être de ce blog. Qui que vous soyez, vous y êtes le bienvenu.

Où et comment nous trouver

  • - le vendredi soir au local : 15, Rue des Pommaries - 74940 ANNECY-LE-VIEUX
  • - par téléphone : 00 33 (0)4 50 46 71 20
  • - par mail : jfsuzz at gmail.com

Maillons rapides

La Tanne des Vents - Parmelan

dimanche 10 janvier 2010

Les années passent, mais une belle découverte reste une belle découverte.
Ainsi en est-il de la Tanne des Vents. Étant donné sa situation au bord du chemin qui mène au refuge du CAF, au pied des barres rocheuses qui marquent le volume proéminent de la Tête du Parmelan par rapport au plateau, l'entrée que d'aucuns avaient en son temps baptisé CAF 456 en avait été repérée de longue date (1977). Mais les moyens techniques de l'époque étant ce qu'ils étaient, les premiers découvreurs avaient été rapidement arrêtés dans leur élan par l'étroitesse du méandre d'entrée qui plongeait après quelques mètres vers des profondeurs dont exhalait cependant un puissant courant d'air qui laissait bien augurer de la suite.
Fin 2003, Fredo et Jean-François, qui furètent dans ce coin de plateau depuis quelques années déjà, à la recherche de traversées nouvelles avec les Vers Luisants, s'enfilent dans le méandre d'entrée. Ce sera le début de l'exploration de celle qui allait devenir une entrée supplémentaire vers le réseau des Vers Luisants (la septième). Bien aidé par les compétences en matière de désobstruction de Dom, ils forcent cinq étroitures (dont le Passage Dom Grenouille, en souvenir du passé de plongeur de Dom) donnant chaque fois dans un puit un peu plus spacieux que le précédant, qui les mèneront par un petit goulet circulaire horizontal en tête d'une série de puits tangents (le Trois Mâts) séparés, pour deux d'entre eux, par un voile de roche à peine plus épais qu'une voile de navire !
Suit un large méandre issu du troisième puits, qui débouche sur le Puits des Tempêtes. Les voilà arrivés dans les grands volumes. La voie directe vers la suite ? Pas si simple. L'exutoire du puits se transforme rapidement en un méandre descendant de plus en plus étroits qui n'augure rien de bon. Avant de s'acharner dessus, il est bon, comme toujours, de faire un tour complet du propriétaire, y compris dans les hauteurs, ce qui les amènent très vite à découvrir à une dizaine de mètres de haut, une ouverture qui semble donner dans une suite possible. Quelques cailloux bien ajustés confirment rapidement que la suite espérée est là ou nulle part ailleurs. Une escalade rondement menée par Frédo (le Phare Breton) débouche sur un autre vaste volume qui reprend sa course vers les profondeurs. Deux ressauts et les voilà devant un semi-étroiture descendante (Etroiture du Cap Horn). Là encore quelques pierres confirmeront que dessous, il y a du gros. Du gros, il y a effectivement, puisqu'une fois l'étroiture élargie au burin et au marteau par Bernard, ils débouchent en haut d'un immense méandre (les Champs Alizées) collectant les eaux d'un puits remontant dont le haut se perd dans obscurité. Le plus intéressant n'est pas tant ce puits que la suite du méandre qui, de ressauts en ressauts, va les amener de la cote -85 à -150, au plan d'un nouveau puits (Puits des Turbulences) encore plus large et plus haut. Au fond de ce puits, un empilage de rochers en équilibre (le Passage des Naufrageurs), donne accès à la suite, le Puits de la Tornade.
Et là, terminé. Le fond est irrémédiablement colmaté. Mais, en faisant le tour de la base du puits, Fredo repère un semblant de courant d'air entre les cailloux. La suite est là ! Comme des forcenés, les quatre découvreurs présents ce jour mémorable, vont déplacer quelques gros cailloux et, oh ! merveille, un couloir descendant entre la paroi et la trémie, suffisamment large, s'ouvre vers ... la jonction avec le réseau des Vers Luisants. Liaison d'ailleurs acquise de haute lutte, puisqu'à bout de corde, les explorateurs remonteront couper le surplus de corde à la base d'un des puits précédents et c'est le long d'un assemblage incertain de bouts de cordes et de sangles qu'il descendront les derniers mètres les séparant de la jonction. En convaincant l'équipe de descendre dans le trou avec armes et bagages et de ne rien laisser sur le plateau, sûr que la traversée allait se faire ce jour-là, JF avait eu le nez creux. C'est donc par les Vers Luisants que ressortit l'équipe !

Une fois passée l'exaltation des premiers moments, pendant lesquels nous imaginions que cette traversée avait toutes les caractéristiques pour devenir une belle classique, il nous a bien fallu nous rendre à l'évidence : trop compliquée à équiper en broches, quelques passages, tels que le Passage des Naufrageurs, présentant des risques de déstabilisation incontrôlables, la Tanne des Vents était un trou magnifique, mais quelque-chose nous disait qu'une fois déséquipée, nous ni personne d'autre n'y reviendrait. Elle resta donc équipée pendant quatre années, pendant lesquelles les découvreurs se firent un plaisir d'y guider tous ceux qui le désiraient, et ils furent nombreux à en profiter.
En 2008, les derniers gréements furent démontés et le navire resta désormais à quai.
(Un article complet et détaillé est paru dans le dernier numéro de la revue SPELEALPES - n°23 / 2006)

Toutes les photos dans le diaporama en dessous ou directement en ligne ici



 




Fullscreen

0 comments

Enregistrer un commentaire

Y'a des trous dans le Parmelan ?

Agenda

Creative Commons License Tout le contenu de ce site (textes, photos, vidéos et autres travaux originaux), à défaut de mention contraire, est couvert par une licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Notes

- DROIT D'AUTEUR : Il se peut qu'apparaissent sur ce blog des photos dont la source nous est inconnue, mises en mémoire sans précautions par l'auteur du présent blog à une époque où l'idée même qu'elles pussent reparaître sur internet ne l'avait même pas effleuré. Si vous reconnaissez l'une ou plusieurs d'entre elles comme vous appartenant, contactez-moi avant de nous faire un procès ! A votre convenance, je les enlèverai ou au contraire en identifierai précisément la source. Merci de votre compréhension.

- RESPONSABILITE : La spéléologie, bien que ne présentant pas plus de risques, lorsque pratiquée dans le règles de l'art, que n'importe quelle activité sportive en milieu naturel, n'en reste pas moins une activité exigeante, qui dans nos régions, n'est pas à la portée d'amateurs non informés et non formés. Il va donc de soi que les personnes qui viendraient à utiliser, pour leur propre usage ou pour celui de tiers, les informations qu'ils pourraient trouver sur ce site, le font sous leur propre responsabilité et ne sauraient, en cas d'accident de quelque type qu'il soit et quelles qu'en soient les conséquences, engager celle du GSTN ni d'aucun de ses membres.